Selon l'étude de la Dares issue de l'enquête SUMER (résultats 2009-10), prés d'un quart des salariés est exposé à bactéries,  virus,  parasites,  champignons.

Mais il faut distinguer les  expositions  délibérément prévues dans la tâche, des  expositions potentielles. Les premières ne concerne que 0,7 % des salariés  et, malgré la connaissance du risque, le moyens d’hygiène semblent encore insuffisamment adaptés. Les secondes concernent donc la majorité des salariés. Elle sont pour une grande part le fait d’un contact humain (15%), puis de contact avec des animaux, les déchets et eaux usées, les activités de nettoyage et propreté, les activités de l’agro-alimentaire.

Le secteur de la santé et de l’action sociale (75%) est donc principalement concerné. Puis viennent les services aux particuliers et aux collectivités. Les femmes sont deux fois plus nombreuses (30%) que les hommes à être exposés à des agents biologiques de façon potentielle. Et les durées d’exposition sont souvent longues (dix heures ou plus par semaine).