L'IRDES (Institut de recherche et documentation en économie de la santé) a présenté les résultats d'une étude sur les effets de la survenue d'un cancer sur les parcours professionnels :

  • la probabilité d’être employé(e) au moins un trimestre dans l’année diminue fortement par rapport à l’année précédant l’apparition de la maladie,
  • cette diminution perdure jusqu’à cinq ans après la survenue d’un cancer au profit, à court terme, d’un accroissement des arrêts maladie et, à moyen terme, de situations d’inactivité,
  • le cancer du poumon et des bronches est le plus délétère sur l’emploi,
  • le cancer de la thyroïde, par contre, influence peu le parcours professionnel.
  • chez les femmes :
    • le cancer du sein a une forte influence négative sur l’emploi,
    • pour le cancer de l’ovaire, l’effet négatif sur l’emploi est très fort à court terme.
  • chez les hommes, avoir un cancer de la prostate conduit à une baisse modérée à court terme de l’employabilité mais s’accentue dans le temps,

Les effets négatifs sur l’emploi reflètent une faiblesse générale des dispositifs d’aménagement des conditions de travail et d’emploi proposés par les entreprises.